La région Giboustan

La région Giboustan

La distance de Bakou est

101 km

La population

40.000 habitants (pour le 1er janvier 2009)

Comment atteindre.
Transport automobile

bus régulier Bakou - Marasa

A 90e km de la route Bakou – Chémakha il y a une région, la plus proche à la capitale, c’est la région de Goboustan. Le centre administratif de la région est une ancienne ville de Marasa. Dans le passé récent Marasa faisait part de la région de Chémakha, avant qu’en 1990 on ait créé la région de Goboustan.

D’ici, à partir de ce pays montagneux commencent les terres de l’ancien Chirvan, où l’Etat de Chirvanchahs existait de Y111 siècle jucqu’à XY1 siècle. Chémakha était sa capitale. Le mot « Gobou » en azerbaïdjanais signifie « le ravin ». Dans ce toponyme se reflète le relief du pays : ravins, canyons rocheux, fondrières. Au printemps, c’est très beau ici : pavots, cacocilles, iris.

Pas mal de monuments historiques aussi que naturels se sont conservés dans la région. L’objet, le plus original et attrayant les touristes sont « Les grottes labyrinthes » (« kury »), situés dans le ravin, non loin de la ville dans le village Sunlu (là-dessus cacher sous « lien »).

Les labyrinthes présentent le système des galeries et des grottes naturelles, artificiellement élargies, qu’on a adaptées pour le logement au Moyen Age, quand les guerres intestines et les raids des envahisseurs étrangers se produisaient en Azerbaïdjan. Ici, on peut aussi observer un phénomène naturel, qu’on appelle Aglahane Gaïa (« Le rocher pleurant »). La légende dit, que ce sont les larmes de la mère envers ses fils-guerriers, tombés ici. Outre cela, aux environs de Marasa il y a une source minerale avec l’eau salée-amère. On dit, que cette eau guèrit de certaines maladies gastro-intestinales.

Pourtant, la curiosité la plus connue de la région est le mausolée majestueux du X1e siècle Diry Baba, qui s’est conservé aux environs de Marasa.

Depuis des temps immémoriaux dans ce pays on s’engageait dans le tissage de tapis. Les dessins des tapis locaux sont connus dans le monde entier sous les noms « Marasa », « Tchoukhanly », « Djemdjemly ». On tisse les tapis « Nabour » à la main jusqu’à présent dans le village du même nom.

La ville Marasa n’est pas grande, sans hôtels, c’est pourquoi pour l’hébergement on peut louer une chambre ou bien une maison privée.

Carte

Loisirs et Divertissements

Publicité

Météo

19 Janvier Pression: 769 Mm 20 Janvier 770 Mm

Nous trouver sur les réseaux sociaux

Multimédia