Comment venir?

Comment venir?

Les transports sont probablement l’élément principal de la planification des voyages dans n’importe quel pays. Bien sûr, tout le monde souhaite que les transports soient prévisibles, confortables et toujours disponibles. Où en sommes-nous avec les transports en Azerbaïdjan ? Commençons par les transports qui permettent d’y entrer.

  • Transport aérien

    Tout d’abord, le transport aérien, en Azerbaïdjan, est représenté par la compagnie aérienne nationale Azerbaijan Airlines (AZAL), qui effectue des rotations depuis l’aéroport international Heydar-Aliyev de Bakou et d’autres aéroports dans le pays.

    Le réseau d’AZAL est assez vaste : la compagnie propose des vols réguliers au départ de grandes villes européennes et de capitales des pays de la Communauté des États indépendants. Parmi les destinations locales, la République autonome de Nakhitchevan est la plus populaire. En effet, le transport aérien est le principal moyen de communication de Nakhitchevan avec le reste du pays (un aller-retour coûte à peu près 100 €). Il y a aussi des aéroports à Ganja, Lankaran, Zakatala et Gabala. L’aéroport de Gabala a été récemment mis en service avec pour objectif principal de faciliter le voyage des touristes étrangers. Gabala dispose d’un potentiel énorme pour le tourisme : une nature magnifique, des stations thermales, des hôtels de luxe, des centres pour enfants, un champ de course en cours de construction, des terrains de golf et, très bientôt, une station de ski !

    De nombreuses grandes compagnies aériennes d’Europe effectuent des vols vers Bakou. Pour les Européens, l’une de ces options est proposée par la compagnie aérienne AirBaltic. Les vols organisés par ce transporteur aérien sont les moins chers pour arriver en Azerbaïdjan depuis l’Europe centrale – ainsi, vous pouvez économiser de l’argent lors de la planification d’un itinéraire complexe ! Le calcul du coût des billets, dans le cas d’AirBaltic, correspond à la somme des différents segments du voyage. Ainsi, la plupart des compagnies aériennes traditionnelles proposent des billets en aller simple pour l’équivalent du prix d’un billet aller-retour chez AirBaltic. Aeroflot propose également un vol moins cher : au départ de Kiev via Moscou pour 320 USD.

    Chez AZAL, les vols réguliers aller-retour Kiev-Bakou coûtent en moyenne 450 USD ; ceux jusqu’à Paris, 700 dollars, et pour Londres, il vous en coûtera jusqu’à 900 dollars.

    AZAL assure des vols directs vers certaines villes des pays de la Communauté des États indépendants : Aktau, Kiev, Mineralnye Vody, Moscou, Novossibirsk, Tbilissi, ainsi que vers Dubaï, Kaboul, Londres, Milan, Paris, Rome, Istanbul, Téhéran, Tel-Aviv et Urumqi.

    Si vous avez un itinéraire compliqué, vous pouvez aussi choisir une autre option pas trop chère, qui est de continuer le voyage en passant par Dubaï. Depuis 2009, la compagnie arabe lowcost FlyDubai assure des vols vers la capitale de l’Azerbaïdjan. Aujourd’hui, les vols Bakou-Dubaï ne durent que deux heures l’aller et coûtent jusqu’à 200 dollars. Après, il vous est facilement possible de combiner ce vol avec d’autres itinéraires de FlyDubai ou Emirates.

    La compagnie aérienne Qatar Airways assure, quant à elle, des vols depuis Bakou jusqu’à près de 100 destinations à travers le monde (www.qatarairways.com).

    Des billets moins chers pour un certain nombre de villes d’Europe et de Turquie sont proposés par la compagnie aérienne AZAL en partenariat avec la compagnie Pegasus Airlines. Grâce à ce partenariat, les billets jusqu’à Stuttgart et Cologne sont à partir 330 €, et jusqu’à Amsterdam, Stockholm, Bâle, Copenhague, Zurich, Munich, Berlin et Düsseldorf, à partir de 340 €.

    Quelques compagnies proposent également des billets à partir de 290 € vers 15 villes en Turquie. Les prix mentionnés dans cette section n’incluent pas les taxes d’aéroports. Vous pouvez consulter les horaires des vols AZAL sur le site web de la compagnie - www.azal.az.

    Encore une bonne nouvelle pour les touristes ! Les communications mobiles sont maintenant disponibles à bord des avions d’AZAL. La prochaine étape sera de fournir des services internet. AZAL sera la première compagnie aérienne, dans l’espace de la Communauté des États indépendants, à proposer une gamme complète de services de communication à bord.

    L’un des opérateurs mobiles en Azerbaïdjan – Azerfon – a conclu un accord exclusif de 10 ans avec AZAL, qui vise à fournir des services de communication mobile à bord des aéronefs. Dans le même temps, les deux autres opérateurs de téléphonie mobile ont déjà conclu un accord de roaming avec Azerfon pour pouvoir proposer les mêmes services à leurs clients.

    Le système a déjà été mis en place dans neuf avions Airbus. Il est prévu de le mettre en place en 2015 dans quatre autres avions Airbus et trois avions Dream Liner de Boeing. La communication mobile coûte 1,75 AZN par minute, quelle que soit la zone de vol de l’avion.

  • Transport ferroviaire

    Parlons maintenant du transport ferroviaire. Malheureusement, ce type de transport n’est à ce jour pas encore devenu une priorité en Azerbaïdjan, ce qui fait qu’il n’est pas encore rapide ni moderne.
    Aujourd’hui, il existe plusieurs itinéraires ferroviaires, tels que Tbilissi-Bakou, Tumen-Bakou, Rostov-Bakou, Kharkov-Bakou et d’autres.

    Pour plus d’informations sur les itinéraires et les horaires de train, veuillez consulter le site www.railway.gov.az

    Les trains à courte et longue distance sont très lents ; par conséquent, beaucoup de voyageurs préfèrent le transport routier pour voyager à l’intérieur du pays.

  • Bus et autocars

    La première chose à laquelle vous devez faire attention, c’est à la qualité idéale de la route depuis l’aéroport. Il y en a deux comme cela, qui sont parallèles ! Il est donc peu probable que vous vous retrouviez coincé dans le trafic sur la route vers l’aéroport. Il vous faudra, en moyenne, 25 à 30 minutes pour vous rendre du centre de Bakou à l’aéroport. Un taxi vous coûtera entre 20 et 25 €.

    Souvent, l’autoroute vers l’aéroport est la seule chose dont un pays postsoviétique puisse se vanter, mais ce n’est pas le cas en Azerbaïdjan, où le développement des infrastructures de transport constitue l’une des priorités nationales les plus importantes. D’excellentes routes, avec un revêtement et un marquage parfaits, mènent vers toutes les grandes villes et les centres touristiques du pays. C’est pour cela que circuler à travers le pays est un réel plaisir !

    Vous pouvez voyager entre Bakou et les régions d’Azerbaïdjan avec des autocars et des minibus. Un voyage en autocar depuis Bakou jusqu’à Zakatala vous coûtera ainsi 7 € ; jusqu’à Chéki, 5 € ; jusqu’à Lahij, 4 €. Vous pouvez consulter le prix des tickets et le calendrier des bus dans toutes les directions à l’intérieur du pays en cliquant sur ce lien.

    Les tarifs et les horaires des autocars et des minibus depuis la gare routière internationale de Bakou peuvent être consultés en cliquant sur ce lien.

    La gare routière internationale de Bakou est située à l’entrée de la capitale. Vous pouvez y accéder depuis la station de métro « 20 yanvar », en prenant un bus de transport en commun (n° 197, 116 ou 90). Le bus 90 peut vous amener depuis la gare routière jusqu’au centre de la capitale.

    Un ticket simple, sur les bus du transport public de la capitale, coûte 0,20 €.

  • Taxis

    Les taxis, à Bakou, sont les mêmes que les taxis londoniens, mais de couleur violette ! Les habitants de Bakou les appellent « les aubergines ». Il y a deux ans, les Anglais ont vendu la production de ces taxis à une compagnie chinoise, et, selon le contrat, 3 000 voitures violettes devraient être livrées dans la capitale d’Azerbaïdjan. À Bakou, il y a maintenant environ 1 000 taxis. Les premières voitures du modèle « LondonTaxi GeelyTX4 » sont arrivées en Azerbaïdjan en 2011.

    Il convient d’ajouter que ces voitures peuvent recevoir jusqu’à cinq passagers. À la place du siège du passager avant, on trouve un espace pour les bagages. Les conducteurs de ces voitures estiment qu’elles se caractérisent par leur haute sécurité, car le chauffeur de taxi et les passagers sont séparés par une vitre, avec une petite fenêtre pour les paiements.

    Un kilomètre parcouru en taxi vous coûtera environ 0,40 €. Les chauffeurs de taxi suivent strictement les compteurs !

    Le prix du litre de carburant à Bakou est de 60 qepiks pour le type 95, de 55 qepiks pour le type A93, et 45 qepiks pour le diesel (ce qui correspond environ à 0,7 €, 0,6 € et 0,50 € par litre).

    La tarification du compteur, dans les taxis, commence à partir de 1 € dès l’entrée dans la voiture et continue à raison de 0,60 € par km parcouru. Pour utiliser le service de taxis « londoniens », il suffit d’appeler la compagnie Baku Taxi Company au numéro 9000. Un autre service de taxi 24h/24 est proposé par la société Motor Service, que vous pouvez joindre au numéro (+99412) 189.

    Dans les régions, un trajet en taxis vous coûtera en général 1 à 2 manats. On peut encore trouver des voitures authentiques de type « Lada » avec des conducteurs au « tempérament chaud ». Très oriental!

  • Métro

    Bakou est une grande métropole et le meilleur moyen de s’y déplacer, c’est encore par métro. Comme tous les métros postsoviétiques, celui de Bakou est un exemple de design et d’architecture (attention ! Il est cependant interdit de prendre des photos à l’intérieur du métro !). La station de métro Nizami, nommée d’après le célèbre poète azerbaïdjanais, est l’une des plus belles stations du réseau. Son espace souterrain est décoré avec un portrait en mosaïque de Nizami Gandjavi et des panneaux sur le thème de ses œuvres, dessinés par l’artiste du peuple de l’URSS : Mikayil Abdoullayev.

    Un ticket simple dans le métro coûte 20 qepiks (0,20 €).

    Plus d’informations sur l’histoire, les activités et l’accès au métro de Bakou sont disponibles sur le site web metro.gov.az, (en trois langues : azerbaïdjanais, russe et anglais).

  • Location de voitures

    Presque toutes les agences de location ont des bureaux à l’aéroport de Bakou. La location coûte environ 50 € par jour pour une berline. Les voitures peuvent être louées avec ou sans chauffeur.

    En général, il est facile de circuler à l’intérieur du pays, car celui-ci est relativement petit et que les voyages routiers ne prennent pas beaucoup de temps. Partout le long de la route, on trouve de nombreux bistros, dans lesquels vous pourrez manger des repas copieux avec beaucoup de plats de viande pour juste 5 à 8 € par personne.

    Les transports constituent l’un des éléments importants d’un voyage réussi en Azerbaïdjan et vous pouvez être rassurés sur ce point : le pays n’a pas de problème avec cet aspect.

    Il suffit de visiter une fois l’Azerbaïdjan, et, aussitôt, de nombreux stéréotypes et des mythes concernant ce pays sont renversés. Sans exagération, Bakou peut être qualifiée de capitale européenne aux couleurs orientales.

 

Publicité

Météo

19 Janvier Pression: 769 Mm 20 Janvier 770 Mm

Nous trouver sur les réseaux sociaux

Multimédia